fournier

“Vous irez, doucement, tout le long des bordures,

Chercher des fleurs pour vous les mettre à la ceinture

Mes pensées frissonnantes pour en faire un bouquet”

Alain-Fournier

(Miracles)

*

*

*

À ALAIN-FOURNIER

(1886 - 1914)


                            Le vieux préau n’est plus, nos cahiers d’écoliers,
                            Cet âge où nous courrions les chemins d’aventure.
                            Un siècle a tout changé : les gens, la devanture,
                            Et le goût s’est perdu des rudes mobiliers.

                            Pourtant, à vingt-huit ans, tous les épistoliers
                            T’avaient déjà promu maître en littérature,
                            Mais quel jeune aujourd’hui connaît ta signature ?
                            Qui se souvient ta mort au bois des Chevaliers ?

                            Ton soleil s’est éteint, mais dans le feu des aulnes,
                            Les sentiers solognots, je rêve encor de Meaulnes,
                            D’Yvonne, d’Angillon, d’Epineuil-le-Fleuriel.

                            Un poète s’en va, dit-on, mais ne trépasse;
                            Car sur de vieux rayons il nous lègue son miel,
                            Ce roman qui survit malgré le temps qui passe.

                                                      Emile Ducharlet

                                              (Extrait de "Chansons du pays d'Abel"

Pour commander cet ouvrage, voir :

http://la-lucarne-ovale.monsite-orange.fr/page-56f...

_______________________________________________________________________________