laffaux

“Chacun d’eux rêve, en son sommeil,
Au vaste désert, et respire,
En fixant l’horizon vermeil,
L’haleine d’un brûlant zéphire.”


Léon Lahovary — 1884-1938
(La Jonchée)

LE MOULIN DE LAFFAUX

                                       

                                                                   A la mémoire des combattants africains


                   Afrique, en ce temps-là, sous le ciel bleu de France
                   Te souviens-tu le chant de tes Sénégalais,
                   Qui pauvres et joyeux, hier s’en sont allés
                   En habits de soldat et pantalon garance ?

                   De tes déserts brûlants, ils troquaient la fragrance,
                   Contre les pluies d’obus, la mitraille aux remblais.
                   Ici, sur le Chemin, tombes sont leurs palais
                   Dans les hivers glacés, couverts d’indifférence.

                   Tirailleurs et spahis, tes plus fiers combattants
                   Coloniaux oubliés dans la marche du temps,
                   Traînent leur ombre noire aux grilles du silence;

                   Au Moulin de Laffaux, vers Craonne ou Vauclair,
                   Sont venus tes enfants, en toute nonchalance,
                   Mourir dans les fracas d’un petit matin clair.


                                                                                 Emile Ducharlet

                                                             Extrait de "Chansons du pays d'Abel"

         Pour commander cet ouvrage, voir :

http://la-lucarne-ovale.monsite-orange.fr/page-56f...

_______________________________________________________________________________