guynemer

“Tandis que tonne la montagne,

fume la mer,

la sirène lance son hurlement lugubre,

et l’avion dans l’azur scintille...”

Antonio Machado — 1875-1939
(le printemps)

À GEORGES GUYNEMER

(1894 - 1917)


                             En ce temps-là, les joies de villages typiques
                             S’appelaient “les conscrits” ou “la Fête des Mai”.
                             Ta jeunesse y riait avec les autres, mais
                             Le soir s’abandonnait à des songes mythiques.

                            Comme l’oiseau s’en va mourir sous les tropiques,
                            Tu choisissais le ciel pour t’y perdre à jamais;
                            Ah! Mon beau chevalier, qui viendra désormais
                            Nous conter les hauts faits de tes luttes épiques,

                            Les exploits insensés de ces temps révolus,
                            Dans la mêlée là-haut au-dessus des poilus,
                            Ces instants glorieux de la vile besogne ?

                            Tantôt, dans le ciel gris, entre Gand et Rethel,
                            J’ai cru voir ton vieux “Spad”, frais repeint des “Cigognes”,
                            Le fantasme incertain de ton raid immortel.

                                                                                Emile Ducharlet

                                                           Extrait de "Chansons du pays d'Abel

Pour commander cet ouvrage, voir :

http://la-lucarne-ovale.monsite-orange.fr/page-56f...

_______________________________________________________________________________